MENU PRESSE
24 PEINTRES POUR UN ÉTÉ

accueil
parcours
poèmes
critiques
presse
galerie
contact

Utopie infinie
à la croisée des cultures
interviews
lumières d'Afrique
l'oiseau blanc d'Injaï
le visage des anges
24 peintres pour un été
maromme

24 peintres pour un été

Il faut remonter le cours de la rivière et dépasser les arches du viaduc pour apercevoir la bâtisse qui abrite l'atelier : un moulin. Les marches grimpent jusqu'au toit, au rythme du Jîobec qui bat la mesure. Sous les combles, la chaleur a chargé l'air de poussière où flottent des grains d'or. Sur une table de fortune, pigments et pinceaux baignent dans les flaques de soleil. L'homme est assis et parle d'une voix douce.

Braïma Injaï défend son art. Les tableaux qu'il va chercher dans la réserve et accroche au mur parlent de ce jeune homme de 36 ans et de son environnement. Des immeubles de banlieu, du personnage de la mère mi-ange, mi-démon, des patients de l'hôpital psychiatrique où il a travaillé, d'un voyage qui le ramène en Afrique, après dix ans d'absence. Là-bas, il peindra le rideau de scène d'un théâtre, rencontrera d'autres artistes, vivra au quotidien la précarité de ce continent. « En Afrique, la peinture n'existe pas », explique le garçon d'origine guinéenne. « Mais j'y ai fait quelques belles rencontres ».

Ça passe ou ça casse

Ses tableaux ont des ailes. Du Brésil à l'Espagne, en passant par la Belgique, les œuvres de Braïma Injaï voyagent. Et témoignent de l'humanité dont il explore les frontières en lui donnant les couleurs puisées sur sa palette. Ainsi, ses émotions picturales se promènent librement. Sans fil à la patte, sans document pour attester officiellement de leur existence.

« Je suis déterminé. Mais rien ne m'arrête. Avec moi, ça passe ou ça casse », ajoute le peintre téméraire. Pourtant, le doute s'installe. Vendre ses toiles n'est pas une récompense régulière pour l'artiste. « Gâté? Non pas forcément. Parfois même, plutôt maudit ».

Philippe Tual - Juillet 2000

   
  © 2004-2005 Braïma INJAI - Tous droits réservés. Hébergement OVH.
Référencé sur www.art-culture-france.com