MENU PRESSE
LUMIÈRES ET AMBIANCE D'AFRIQUE

accueil
parcours
poèmes
critiques
presse
galerie
contact

Utopie infinie
à la croisée des cultures
interviews
lumières d'Afrique
l'oiseau blanc d'Injaï
le visage des anges
24 peintres pour un été
maromme

Lumières et ambiance d'Afrique dans les toiles de Braïma Injaï

Pour inaugurer sa nouvelle saison, la Maison des arts accueille le peintre Braïma Injaï, né en Guinée-Bissau, dans le cadre du festival « Regards sur les cinémas d'Afrique et du Sud ».

Cet artiste contemporain est arrivé à Rouen en 1985, date à laquelle il s'est inscrit à l'école régionale des Beaux-Arts. Il en sort diplômé en 1990. « Cette approche de la culture française a enrichi ma peinture et complète ma culture d'origine », explique l'artiste.

Le vécu et les origines de ce rouennais d'adoption expliquent sans doute son intérêt pour tous les sujets traitant de l'immigration, de l'intolérance, du racisme... Une préoccupation que l'on retrouve dans la majeure partie de ses tableaux qui parlent d'une même souffrance exprimée de façon obsessionnelle par des personnages enfermés dans des triangles.

Autre thème abordé par Braïma Injaï dans son œuvre, celui du nu, du féminin : « Dès le début, la femme a pris une place prépondérante dans ma peinture. Elle est symbole de maternité et de fécondité ». Ses toiles proposent une réflexion autour de l'idée de la place de la femme dans le monde, dans la nature, dans la société, dans la vie transmise, dans son rapport à l'homme ou à l'enfance.


Palette lumineuse

Le peintre propose deux représentations antagonistes de la femme : « La première laisse voir le côté angélique de la femme et fait référence au rêve, à l'imaginaire, alors que l'autre évoque certains aspects diaboliques et féminins de la femme ». Dans les deux cas Braïma Injaï peint la féminité de manière étrange : corps disproportionnés, têtes désaxées.

Des portraits dans lesquels, il mêle une palette de couleurs très lumineuse grâce à l'emploi de pigments purs et une matière faite de terre et de peinture, créant ainsi un support d'une sécheresse proche du sol de son Afrique natale.

Dans le courant du mois de février, Braïma Injaï travaillera sous forme d'atelier avec des groupes scolaires. « Les enfants réaliseront des œuvres sur le thème de l'Afrique et les exposeront à la Maison des arts durant la deuxième quinzaine de février», indique Jessy Leclerq, médiatrice en arts plastiques, responsable du projet. Braïma Injaï se satisfait de ce travail pédagogique : « Ces séances permettront de faire découvrir ce vaste continent par l'art ».

Janvier 2000

   
  © 2004-2005 Braïma INJAI - Tous droits réservés. Hébergement OVH.
Référencé sur www.art-culture-france.com